Pour une Europe démocratique écologique et solidaire

Share Button

La page se tourne sur une campagne présidentielle pendant laquelle l’Europe aura finalement été au cœur des débats et des enjeux. Les visages qu’on lui a prêtés masquent difficilement l’impuissance à imaginer la poursuite d’un projet européen dont beaucoup semblent avoir perdu le sens. Le clivage politique qui se dessine autour d’ un cadre manichéen « pour ou contre l’Europe » en devient caricatural et dangereux.

Aux simplistes distinctions entre souverainistes et partisans d’un statu quo européen, les écologistes doivent porter un projet alternatif. Nous ne serons pas seuls car dans la société européenne, les mobilisations et les mouvements existent qui défendent une Europe différente, plus démocratique, plus sociale, plus solidaire, plus soutenable. Ils veulent une réponse commune sur les questions climatiques, environnementales, de santé, d’alimentation, de migrations, sur la protection des droits sociaux, sur les luttes contre la fraude fiscale, pour la transparence, sur les atteintes aux libertés publiques, aux droits des femmes ou des minorités.

Nous savons comme écologistes, qu’il ne faut pas opposer les niveaux local, national et européen pour réussir les transitions écologique, démocratique et sociale, mais qu’au contraire il faut utiliser tous les leviers que l’Union européenne offre notamment en termes de normes ou d’investissements sur les transports ou l’énergie.

Pour cela, il faut revenir à un véritable projet politique, qui sorte des diktats comptables et de la primauté de la question économique, et faire émerger en Europe comme nouvel horizon pour les nouvelles générations une véritable communauté de destin.

C’est ce fragile équilibre entre la nécessité d’Europe et sa nécessaire transformation que portent quotidiennement nos élu-es au Parlement européen. Compte tenu de l’échéance électorale européenne en 2019, un large débat sur l’avenir tant institutionnel, que politique de l’Union européenne est impératif. Des alternatives existent pour les Européens comme pour leurs représentants politiques. Des initiatives voient le jour depuis plusieurs années et ont vocation à être mutualisées, discutées ou complétées dans des échanges avec les autres forces européennes progressistes au cours des prochains mois.

Le sens du projet européen doit également être ouvertement débattu par le Parlement français. Les député-e-s élu-e-s en juin devront veiller à ce que le Président du « renouveau politique » ne se range pas derrière les vieilles pratiques politiques européennes qui ont enterré toutes les tentatives de réforme constitutionnelle, ont ouvertement négligé les résultats de referendum ou des initiatives citoyennes, pour porter des politiques publiques empreintes de l’idéologie austéritaire envers les plus démunis et de dérégulation. Plus que jamais au Parlement l’écologie, la démocratie, la justice sociale et fiscale, la solidarité doivent être défendues.

En ce 9 mai, journée de l’Europe, il ne s’agit pas pour nous de commémorer ou de nous arrêter au chemin parcouru mais de rappeler l’urgence d’écrire un nouveau chapitre, plus solidaire, de notre histoire commune.

David Cormand, Secrétaire national d’Europe Écologie Les Verts

Marie Toussaint, déléguée à l’Europe d’Europe Écologie Les Verts

Michèle Rivasi, députée européenne Europe Écologie, représentante de la délégation française du groupe Verts/ALE

Pascal Durand, député européen Europe Écologie, vice-président du groupe Verts/ALE

Share Button

Laisser un commentaire