Tri des migrants : un projet qui fait honte

Share Button

Le 27 juillet M. Macron avait déclaré « Je ne veux plus personne dans les rues d’ici la fin de l’année », dans un discours sur l’accueil des réfugiés, après avoir assisté à une cérémonie de naturalisation. Chaque jour des personnes, quelque soit leur nationalité,  meurent à la rue. Il est de notre devoir de les secourir. Europe Écologie – Les Verts salue l’immense travail fourni par les associations et exhorte le gouvernement à tenir parole.

Au contraire, alors que la France est régulièrement épinglée / critiquée par les instances internationales sur sa piètre et indigne gestion des migrant-es, le Ministre Gérard Collomb vient de franchir un nouveau cap dans l’inhumanité de traitement, déclenchant la colère légitime des associations concernées.

Ce vendredi 8 décembre, plusieurs associations convoquées par le ministre pour discuter de son nouveau projet de dispositif pour rentabiliser la gestion des lieux d’hébergement ont décidé de quitter la table des discussions. Parmi elles le Secours catholique, la Fédération des acteurs de la solidarité (ex-FNARS), Emmaüs Solidarité et International, Médecins du monde et bien d’autres ont immédiatement fait part de leur colère face à une proposition de mettre en place un tri qui exclurait de fait les sans-papiers des dispositifs d’accueil.

Europe Écologie – Les Verts soutient la position de ces associations et rejoint leurs critiques sur ce nouveau dispositif. Ce que propose le ministre consiste à trier, recenser et étiqueter les personnes sans domicile. Un choix inhumain et qui va à l’encontre des devoirs de la France en matière d’accueil des réfugiés et des engagements du président Macron sur la solidarité. Julien Bayou souligne que, “Encore une fois, les discours du président sont l’écran qui cache la triste réalité contraire des actes du gouvernement.

Pourtant, dès la mi-novembre, les associations, informées de ces projets de directives, avaient signifié par courrier au ministère leur refus d’appliquer des politiques contraires à leurs engagements moraux et éthiques. Après le fichier unique des français-es, le fichage des migrant-es ? Pour Sandra Regol, “La volonté affichée de judiciariser et de policiariser l’accueil est à l’opposé de tous les engagements de la France en termes de respect des personnes et des droits humains.

Les écologistes rappellent qu’une autre politique migratoire est possible et que leur élu-es démontrent, sur le terrain, qu’il n’est ni plus coûteux ni plus risqué d’accueillir dignement des personnes qui ont tout perdu. La politique d’accueil de la ville de Grande-Synthe est régulièrement prise en exemple par les associations comme par les institutions internationales. Cette réalité témoigne qu’avec la volonté politique nous pouvons construire une accueil humain et à la hauteur des prétentions de la France qui se dit un grand pays et agit a contrario de sa communication internationale.

Il est temps qu’Emmanuel Macron ait le courage d’agir en cohérence avec ses belles déclarations : la politique n’est pas un théâtre où il suffit de jouer un rôle sans assumer la réalité de ses propos.

Share Button

Votez et faites voter Benjamin Deceuninck, chaque voix comptera pour renforcer l’action écologiste !

Share Button

Benjamin Deceuninck, candidat écologiste EELV pour la cinquième circonscription du Gard, a tout mon soutien. Ancré sur le territoire, engagé pour les droits de l’Homme, entrepreneur de l’économie sociale et solidaire, il a, avec la Scop dont il est gérant, créé des emplois dans un secteur d’avenir dans une vallée sinistrée. Militant anti OGM, il a les convictions et la capacité politique pour porter haut les valeurs et le projet de l’écologie sociale et politique.

Votez et faites voter Benjamin Deceuninck, chaque voix comptera pour renforcer l’action écologiste !

Geneviève BLANC

Vice-présidente du Conseil Départemental du Gard

Déléguée à l’environnement et à la prévention des risques

Share Button

Législatives 2017 – Le 11 juin mettez-y du VERT !

Share Button

Share Button

Législatives Benjamin Deceuninck pour une 5e circonscription verte

Share Button

LÉGISLATIVES Benjamin Deceuninck pour une 5e circonscription verte

Share Button

Les écologistes mobilisé-e-s contre Cigéo

Share Button

Europe Écologie Les Verts appelle à participer ce samedi aux 300 000 pas contre Cigéo, lors du rassemblement à Saint-Dizier, en Haute-Marne. Sandra Regol, porte-parole nationale d’EELV, sera présente au rassemblement.

Le projet Cigéo, pour Centre industriel d’enfouissement géologique, c’est l’enfouissement à plus de 500 mètres sous terre de déchets radioactifs à vie longue, c’est à dire qu’ils resteront radioactifs pendant plus de 100 000 ans, et certains pendant 1 million d’années !

Ce projet qui se ferait entre Bure et Mandres-en-Barrois, expose à de graves pollutions les nappes phréatiques, et bien sûr les terres agricoles de Champagne et de Lorraine.

Europe Écologie appelle le gouvernement à mettre un terme à ce projet démesuré et coûteux, et rappellent que la réversibilité des solutions de stockage des déchets radioactifs est une exigence vis-à-vis des générations futures.

Share Button

Réaction d’EELV à la nomination du Premier ministre

Share Button

Europe Écologie Les verts prend connaissance de la nomination d’Édouard Philippe comme Premier ministre. Cette nomination d’un élu de droite confirme les intentions libérales d’Emmanuel Macron.

Les écologistes déplorent particulièrement la nomination comme Premier ministre d’un élu qui a aussi été cadre dirigeant chez Areva. Cette situation pourrait freiner la mise en œuvre de mesures absolument nécessaires en matière de nucléaire et au-delà de politique énergétique et climatique. Le député Édouard Philippe s’était d’ailleurs opposé et avait contre la Loi de transition énergétique.

Le projet présidentiel du candidat Macron était très insuffisant sur les sujets climatiques et environnementaux. Europe Écologie Les Verts attend plus de la part du gouvernement français. Nous formons le vœu que le Président de la République et le Premier ministre prennent conscience de l’importance des enjeux et de l’urgence à agir en matière d’environnement.

Ainsi, dans la foulée de 8 grandes ONG de protection de l’environnement, nous pensons qu’un grand ministère de l’environnement, avec à sa tête un-e vice-Premier ministre ou un-e Ministre d’État, réunissant les compétences relatives au développement durable, serait mieux à même

Parmi les grands dossiers que le gouvernement devra traiter en allant au-delà des engagements et des actes du précédent gouvernement, il y a évidemment le changement climatique, et l’action de la France, tant à l’international, que dans ses politiques. Cela comprend bien sûr la sortie du nucléaire et des énergies fossiles et le développement de renouvelables, la rénovation énergétique des bâtiments, le soutien aux mobilités vertes, la mise en place d’une fiscalité écologique. Dans l’intérêt de tous, et en lien avec le agricultrices et les agriculteurs, il faut transformer profondément notre alimentation et notre modèle agricole.

Enfin, il faut cesser les grands projets inutiles qui détruisent des terres agricoles et forestières, et parmi lesquels le projet absurde d’aéroport à Notre-Dame des Landes ou la mine d’or géante en Guyane.

Mais sans la pression de la société et des élu-e-s, cette politique ne se fera pas. Face aux blocages du vieux monde et aux lobbies, il faut des écologistes pour défendre la transition écologique de la France et de l’Europe.

​C’est pour cela qu’Europe Écologie Les Verts appelle les électrices et les électeurs à ne pas se tromper de bulletin les 11 et 18 juin prochains : ​pour faire de l’écologie, il faut des député-e-s écologistes à l’Assemblée nationale.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux

Share Button

Pour une Europe démocratique écologique et solidaire

Share Button

La page se tourne sur une campagne présidentielle pendant laquelle l’Europe aura finalement été au cœur des débats et des enjeux. Les visages qu’on lui a prêtés masquent difficilement l’impuissance à imaginer la poursuite d’un projet européen dont beaucoup semblent avoir perdu le sens. Le clivage politique qui se dessine autour d’ un cadre manichéen « pour ou contre l’Europe » en devient caricatural et dangereux.

Aux simplistes distinctions entre souverainistes et partisans d’un statu quo européen, les écologistes doivent porter un projet alternatif. Nous ne serons pas seuls car dans la société européenne, les mobilisations et les mouvements existent qui défendent une Europe différente, plus démocratique, plus sociale, plus solidaire, plus soutenable. Ils veulent une réponse commune sur les questions climatiques, environnementales, de santé, d’alimentation, de migrations, sur la protection des droits sociaux, sur les luttes contre la fraude fiscale, pour la transparence, sur les atteintes aux libertés publiques, aux droits des femmes ou des minorités.

Nous savons comme écologistes, qu’il ne faut pas opposer les niveaux local, national et européen pour réussir les transitions écologique, démocratique et sociale, mais qu’au contraire il faut utiliser tous les leviers que l’Union européenne offre notamment en termes de normes ou d’investissements sur les transports ou l’énergie.

Pour cela, il faut revenir à un véritable projet politique, qui sorte des diktats comptables et de la primauté de la question économique, et faire émerger en Europe comme nouvel horizon pour les nouvelles générations une véritable communauté de destin.

C’est ce fragile équilibre entre la nécessité d’Europe et sa nécessaire transformation que portent quotidiennement nos élu-es au Parlement européen. Compte tenu de l’échéance électorale européenne en 2019, un large débat sur l’avenir tant institutionnel, que politique de l’Union européenne est impératif. Des alternatives existent pour les Européens comme pour leurs représentants politiques. Des initiatives voient le jour depuis plusieurs années et ont vocation à être mutualisées, discutées ou complétées dans des échanges avec les autres forces européennes progressistes au cours des prochains mois.

Le sens du projet européen doit également être ouvertement débattu par le Parlement français. Les député-e-s élu-e-s en juin devront veiller à ce que le Président du « renouveau politique » ne se range pas derrière les vieilles pratiques politiques européennes qui ont enterré toutes les tentatives de réforme constitutionnelle, ont ouvertement négligé les résultats de referendum ou des initiatives citoyennes, pour porter des politiques publiques empreintes de l’idéologie austéritaire envers les plus démunis et de dérégulation. Plus que jamais au Parlement l’écologie, la démocratie, la justice sociale et fiscale, la solidarité doivent être défendues.

En ce 9 mai, journée de l’Europe, il ne s’agit pas pour nous de commémorer ou de nous arrêter au chemin parcouru mais de rappeler l’urgence d’écrire un nouveau chapitre, plus solidaire, de notre histoire commune.

David Cormand, Secrétaire national d’Europe Écologie Les Verts

Marie Toussaint, déléguée à l’Europe d’Europe Écologie Les Verts

Michèle Rivasi, députée européenne Europe Écologie, représentante de la délégation française du groupe Verts/ALE

Pascal Durand, député européen Europe Écologie, vice-président du groupe Verts/ALE

Share Button

Élection d’Emmanuel Macron : un soulagement, pas un blanc-seing

Share Button

Élection d’Emmanuel Macron : un soulagement, pas un blanc-seing

Europe Écologie Les Verts prend acte de l’élection d’Emmanuel Macron et félicite le nouveau Président de la République pour sa victoire.

Les écologistes se réjouissent de la large défaite du Front national et de Marine Le Pen. Cette défaite sans appel de l’extrême-droite est un soulagement pour la démocratie. Pour autant, la progression continue du Front national ces dernières années et jusqu’à ce second tour, malgré les affaires, nous rappelle que la classe politique n’a pas su répondre aux attentes de la population.

Le nombre élevé de votes blancs et nuls montre l’insatisfaction d’une grande partie de l’électorat.

Au premier comme au second tour, c’est par défaut qu’à été élu Emmanuel Macron, au bénéfice d’un climat de défiance et de l’injonction à un vote prétendument utile dès le premier tour. Élu par rejet et non sur son projet, il n’a pas mandat pour mener la politique de destruction sociale et d’indifférence environnementale qu’il prétend mener.

Les écologistes en appellent à un sursaut démocratique du nouveau président et lui rappellent que son score impose une écoute soutenue des Français-es : en 2002 Chirac à fait l’erreur de ne pas écouter cette France qui a voté contre le Front national. Il est important qu’Emmanuel Macron ne répètent pas les erreurs du passé. Ce sera à la majorité parlementaire de déterminer l’orientation du gouvernement.

Dans ce moment d’incertitudes, les élections législatives seront importantes pour l’avenir de la France. Les écologistes forment le vœu que puisse se mettre en place une majorité écologiste et sociale pour mettre en place une politique qui réponde aux questions et aux problèmes des Français-e-s et dont la France et l’Europe ont besoin.

Pour cela, il faut rassembler celles et ceux qui ont fait campagne autour de l’écologie, de la justice sociale, du renouvellement de la démocratie, et de la réorientation de l’Europe.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux

Share Button

Législatives 2017 – Benjamin Deceuninck et Valérie Pommet

Share Button

http://benjamindeceuninck.aveclecologie.fr/

Benjamin Deceuninck – Candidat EELV – cinquième circonscription du Gard

Benjamin Deceuninck Valérie Pommet
Candidat EELV 5ème circonscription du Gard – Législatives 2017

Faute d’horizon partagé, nous assistons à des mouvements de renoncement et de repli. La France n’est pourtant condamnée ni au désespoir, ni à la crainte du déclassement.

Les expérimentations réussies depuis des années sur tous nos territoires, l’enthousiasme né de milliers d’initiatives montrent chaque jour la vivacité des quartiers, des villes et des campagnes.

Plus d’écologie, c’est plus d’emplois, moins d’inégalités et de précarité, plus de solidarité. L’écologie, c’est des territoires vivants grâce à une économie relocalisée, une agriculture durable, un système de santé renforcé, la culture et des transports accessibles à tous.

L’écologie, c’est redonner du pouvoir aux citoyennes et citoyens dans une démocratie renouvelée. L’écologie, c’est une société apaisée, fraternelle, ouverte sur sa diversité et sur le monde.

Nous sommes candidats pour que demain soit mieux qu’aujourd’hui, avec vous et grâce à vous.

Share Button

Battre l’extrême droite, votons !

Share Button

Jeudi 27 avril 2017
COMMUNIQUE DE PRESSE
Battre l’extrême droite, votons !

Nous ne pouvons nous résoudre à la banalisation du Front national. Depuis 2002, le Front National  progresse inexorablement partout en France où il conquiert des territoires jusque-là épargnés.

Dans le Gard, il atteint 29,30 % des suffrages et se positionne en tête devant Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. Même si elle est sans véritable surprise, sa qualification au second tour est inquiétante et dangereuse.

Populiste sans états d’âme, le FN se pose en défenseur du peuple dont il n’a que faire en définitive.  Nous ne voulons pas prendre le risque de voir s’installer aux plus hautes fonctions de l’Etat un parti nationaliste et xénophobe qui prône la haine et la division.

La priorité aujourd’hui pour les écologistes est de faire barrage à la candidate frontiste au second tour de l’élection présidentielle sans pour autant considérer que la politique libérale et anti-environnementale d’Emmanuel Macron représente une solution aux crises sociale, démocratique et écologique que traverse notre pays.

Nous conservons notre aspiration à changer de modèle de société, nous continuerons dans les années à venir à nous engager contre l’ultra-libéralisation de la société, l’augmentation des inégalités sociales, économiques, environnementales …

Nous continuerons à œuvrer pour une société apaisée, fraternelle, ouverte sur sa diversité et sur le monde.

Aurélie Génolher
Conseillère régionale, Région Occitanie – Midi Pyrénées

Geneviève Blanc
Vice-présidente du Conseil départemental du Gard

Benjamin Deceuninck, candidat aux élections législatives 5ème circonscription du Gard, responsable du groupe EELV Alès Cévennes

Dirk Offringa, candidat aux élections législatives 4ème circonscription du Gard

Share Button