Avec Théo et les autres victimes de violences policières

Share Button

EELV ALES CÉVENNES

Avec Théo

et les autres victimes

de violences policières

Rassemblement mardi 21 février à 18h30 devant la sous préfecture

Quelques mois après le décès tragique d’Adama Traoré, un jeune habitant d’Aulnay-sous-Bois a été très vraisemblablement victime d’un viol en réunion commis par des agents de police, avec une matraque. Cet évènement est d’une gravité extrême et de tels agissements ne souffrent d’aucune excuse.

Ce nouveau drame fait ressurgir le fossé profond qui sépare police et population dans les zones dites « sensibles » : dans nos banlieues, les forces de l’ordre et les habitant-e-s ne communiquent plus, et les incidents sont quotidien, témoins et facteurs d’une défiance qui rend impuissante l’action de la police.

Il faut prendre conscience des violences policières et de l’impact délétère des brimades du quotidien sur une population déjà reléguée économiquement et géographiquement. Le rôle de la police est la protection des personnes et des biens, pas de mener une guerre d’usure.

Ces agissements déplorables sont aussi la conséquence d’un racisme qui ne dit pas son nom, mais qui se manifeste dans les contrôles au faciès et dans les méthodes de la police. Il est inacceptable d’être plus ou moins contrôlé ou plus ou moins suspect selon sa couleur de peau. Pourtant, des mesures existent pour mettre fin à ces dérives.

C’est pour dénoncer ce mésusage organisé des forces de l’ordre et réaffirmer notre solidarité avec Théo et avec toutes les victimes de violences policières que nous appelons à manifester partout en France, à l’initiative de la LDH du CRAN, de SOS racisme, du Mrap, de la CGT et de la FSU.

Benjamin Deceuninck, responsable du groupe local EELV Alès Cévennes

06 86 27 70 57 – contact@benjamindeceuninck.fr

Share Button

2017 : les écologistes souhaitent le rassemblement

Share Button
Lettre d'information EELV

Communiqué

 

2017 : les écologistes souhaitent le rassemblement

Les adhérent-e-s et sympathisant-e-s écologistes étaient appelés à voter les 14, 15 et 16 février de façon électronique pour approuver ou non la recherche de convergences et de rassemblement avec Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon.

Europe Écologie Les Verts remercie toutes celles et tous ceux, qui, dans la foulée de la Primaire de l’écologie, ont pris part à cette consultation. Nous remercions également les équipes qui au siège national et dans les régions ont permis de rendre possible cette consultation dans des délais contraints.

Le vote a été ouvert à 18h mardi et s’est clos à 18 heures ce jeudi, avec un corps électoral de 17 077 personnes.

Les résultats sont les suivants :

10 155 votants pour 17 077 inscrits, soit une participation de 59,47%

Votes « oui » : 9 109, soit 89,70%

Votes « non » : 803, soit 7,91%

Votes « blanc  » : 243, soit 2,39%

Ce vote est un signal très clair de la part du peuple de l’écologie qui souhaite que puisse s’opérer un rassemblement des candidatures sur la base de convergences écologistes. Le candidat des écologistes, Yannick Jadot, et Europe Écologie Les Verts ont désormais mandat pour faire aboutir le rassemblement espéré. Ce rassemblement devra se faire au-delà des appareils politiques grâce à la participation des citoyennes et citoyens mobilisés pour porter l’espoir.

En cas d’accord, les votantes et les votants de la Primaire seraient à nouveau consulté-e-s.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux.

Share Button

Soutien à l’hôpital du Vigan pour une santé de proximité

Share Button

Soutien à l’hôpital du Vigan pour une santé de proximité en milieu rural !

FAIT DU JOUR Le Vigan : hôpital en danger…

Share Button

Conversion et Agriculture Bio dans les cantines

Share Button

Garantir une alimentation saine.

→ Approvisionner 100% des cantines publiques et privées par l’agriculture paysanne ou biologique : écoles, hôpitaux, entreprises, etc.

→ Affecter 50% des fonds de la PAC pour financer la conversion des exploitations et la structuration des filières.

Share Button

Favoriser l’économie circulaire et lutter contre l’obsolescence programmée des produits.

Share Button

→      5 ans de garantie minimale pour l’électroménager et les voitures.
→      Moduler la TVA selon l’éco-conception, la réparabilité, la réutilisation et le recyclage d’un produit.

→      Créer un Crédit d’impôt réparation
permettant de rembourser 50%
des frais de main d’oeuvre.
→      Créer une filière de déconstruction des
navires en fin de vie et de traitement
des déchets électroniques.

http://avecjadot.fr/

Share Button

Favoriser l’appropriation citoyenne locale de la transition énergétique.

Share Button

— La France Vive c’est la France 100% durable —

Favoriser l’appropriation citoyenne
locale de la transition énergétique.

→      1 projet de production d’énergies
renouvelables par quartier
ou commune rurale.

→      Les projets de propriété collective seront
accompagnés par des opérateurs
coopératifs certifiés et rémunérés par
l’État qui garantira les emprunts.

→      25% des parts sociales des projets
d’énergies renouvelables devront être
proposées aux citoyens locaux.

Share Button

appel général à mobilisation contre le projet de centrale biomasse de Gardanne (Bouches-du-Rhône)

Share Button

Pour produire de l’électricité, pas besoin de polluer ni d’augmenter la facture : le  projet, c’est la France Vive du 100% durable et des énergies renouvelables.

Appel général à mobilisation contre le projet de centrale biomasse de Gardanne (Bouches-du-Rhône)

https://sosforetcevennes.wordpress.com/

gardanne-manifestation-5-fevrier-2017-affiche-arbre

Share Button

Soutenons la Mamaillerie – association citoyenne de recyclage de recyclage

Share Button

L’association citoyenne de recyclage, la Mamaillerie a perdu son camion suite à un incendie.

J’appelle à les soutenir pour aider à remplacer ce véhicule indispensable à leur activité !

Pour les aider vous pouvez contacter  Ludovic au 06 72 39 29 31

http://www.midilibre.fr/2017/01/30/boisset-et-gaujac-le-camion-de-la-mamaillerie-a-pris-feu,1460039.php

 

Share Button

Sur la route : Économie Sociale et Solidaire à Anduze

Share Button

Sur la route : Économie Sociale et Solidaire à Anduze

Share Button

6 mois de prison avec sursis requis contre le gendarme accusé d’avoir vidé une bombe lacrymogène sur des manifestants

Share Button

J’étais présent au tribunal pour soutenir les citoyens gazés d’Anduze. Pour un État de droit

http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/6-mois-prison-requis-gendarme-accuse-avoir-vide-bombe-lacrymogene-manifestants-1176363.html

© J. Curato Le procureur de la République du tribunal correctionnel des affaires militaires de Marseille a requis 6 mois de prison à l’encontre du gendarme qui avait vidé une bombe lacrymogène sur des manifestants à Anduze le 21 janvier 2011.

6 mois de prison avec sursis requis contre le gendarme accusé d’avoir vidé une bombe lacrymogène sur des manifestants

Le procureur de la République du tribunal correctionnel des affaires militaires de Marseille a requis 6 mois de prison à l’encontre du gendarme qui avait vidé une bombe lacrymogène sur des manifestants à Anduze le 21 janvier 2011.

Ils sont tous venus ou presque pour assister au procès du gendarme devant le tribunal correctionnel des affaires militaires. Une trentaine de personnes victimes avérées ou supposées à la bombe lacrymogène.

Bousculé par le procureur

Appelé à la barre, l’officier désormais affecté dans le Var, justifie ses actes par la volonté de libérer la voie au petit train des Cévennes bloqué par les manifestants. Il fait état de l’hostilité d’une partie de la foule qui lui aurait fait craindre pour la sécurité de ses hommes. Bousculé par le procureur qui fustige le manque de préparation dans l’encadrement de la manifestation.

Faire partir le train à l’heure
Le comandant de gendarmerie se défend. Sa mission était permettre au petit train de parir à l’heure prévue pour ne pas attirer les foudres du sous-préfet et du député Roustan qui étaient à bord.

Poursuivi pour violence volontaire, le commandant encourt une peine de trois ans de prison et 45.000 euros d’amende. Décision attendue le 20 mars.

Share Button